À la lecture de ce qui se passe suite au Festival de Chalon 2015 , je ne peux m’empêcher de penser que la question stagne depuis des années dans les têtes dirigeantes : Les arts de la rue sont ils un patrimoine culturel , une animation urbaine et touristique , ou bien une avant garde artistique …. Ni la presse ni les politiciens ne se sont jamais avancés à soutenir durablement l’un aspect ou l’autre de ce mouvement . Quel journal donne-t-il de l’importance aux créateurs ? En dehors d’un article de temps en temps ou un interview exceptionnel pour un tout petit public ciblé, quel radio suit ce que deviennent les artistes, leur parcours , leur motivation ? Quel politicien considère avec sincérité que la culture est fondamentale dans une société dont le fonctionnement se réduit à l’achat et à la vente .
D’un autre côté , les artistes se pensent trop souvent prioritaires . En défendant le metier , ils en sont venus à ne défendre qu’un statut . Dans des temps de crise ou on nous assène sans cesse des images d’horreur, peut on vraiment croire individuellement ou collectivement que notre confort n’est pas à remettre en question ? Plutôt que de revendiquer des droits, je pense qu’il va encore falloir prouver que nous servons la société, que nous sommes les intermédiaires  , et que notre public nous demande de faire plier le pouvoir . Nous devons reconquérir une certaine légitimité auprès des spectateurs pour que les subventions ne soient pas constamment remis en question .
Nos arguments sont dans l’ensemble  trop faibles ,  car nous ne sommes plus des pionniers …
Rien que pour la forme, je prends un exemple  : on parle de “transversalité” comme étant la panacée , mais cela n’a rien de nouveau et ne protège pas le concept “rue”. De tout temps les spectacles ont fait des incursions dans des domaines qui n’étaient à priori pas les leurs .et le simple fait de jouer dehors ne constitue ni l’avant garde , ni l’alternative . Ce qui le constituerait c’est de faire fi d’un système qui tente de dicter aux artistes ce qui est recevable ou non . Un système qui s’insère entre le public et le spectacle , un système bourré d’experts qui n’ont jamais mis les pieds sur scène ou pire encore n’ont jamais quitté la France pour vivre dans un vaste monde dont les influences artistiques sont intarissables , incontournables, inclassables au delà de toutes analyses qui, de toutes façons ne visent qu’à servir des intérêts dont on ne veut même plus connaitre la nature tellement ca nous fatigue .…

Processed with VSCOcam with p5 preset

Processed with VSCOcam with p5 preset

Advertisements