Sur la place centrale du village, trois vieux sur un banc, des gosses   qui tournent  en vélo  autour de nous et les hirondelles qui en font autant mais au dessus de nos têtes … Ca s’annonçait  bien : ce Renc’art là ressemblait à un truc qu’on voit dans les films, une de ces petites fêtes dont on rêve et qui rendent nostalgiques . Ce fut notre quatrième rendez vous d’une série de six sur le territoire des coteaux de la Mossig et le maire, nouvellement élu , nous attendait main tendue et sourire aux lèvres.

« Aaah me dis-je, ca vaut la peine … » .

Les forces vives de Zazi étaient  au rendez vous et les stands furent installés assez rapidement . Puis ce fut le tour de l’équipe technique , son et lumière, puis les musiciens, les artistes de rue et enfin le viticulteur et  le restaurateur dont les Amus’gueules  chatouillaient déjà la gourmandise des participants .

Les familles convergeaient doucement vers la place, la fête …

photo Jean Claude Hatterer

photo Jean Claude Hatterer.

Assez rapidement  une bonne odeur de crêpe recouvrit notre secteur et les enfants, impatients , demandaient sans cesse « quand ca va commencer le pestacle ? ».

Photo: musiciens du groupe « Tant Réel » Renc’arts et Amus’gueules de Romanswiller

J’avais l’impression que le village avait toujours connu ça … Un lien intemporel , invisible, une sorte de  convention naturelle entre habitants, voisins plus ou moins proches, toutes les ressemblances , les points communs  devinrent évidents .  Pouvoir se détendre ensemble : vital et rare .

La plupart du temps , la population ne se rassemble  que sous tension . Être  côte à côte pour profiter gratuitement de l’existence,  a disparu du comportement moderne .

Mais les trois vieux sur le banc n’avaient pas perdu ce savoir vivre , eux … Ils attendaient seulement que cela revienne …

Le spectacle fut très apprécié, comme à chaque fois que les représentations sont sincères, puis la musique  imprégna l’atmosphère d’une énergie souriante . On ne scrutait plus le ciel, il avait été clément pour l’événement et désormais une impression de satisfaction emplissait tout un chacun .

«  Vivement le prochain Renc’arts … » pouvait on entendre ici et là au fur et à mesure que les habitants retournaient chez eux …

Juin 2014

Advertisements