Elle m’avait dit : « Mon grand père l’avait acheté à un certain Alfred Schatz, un homme de spectacle, le partenaire d’un clown … Grock je crois …. Tu connais ce nom , le clown Grock ? » et là j’avais failli m’évanouir . Je tenais dans les mains un violon qui avait sans doute été joué par le clown le plus clown du monde : l’unique Grock !!!

Comment en étais-je arrivée à ce moment magique ? C’est toute une histoire bien sûr .         Mais la merveilleuse violoniste qui possédait ce trésor, ce « Schatz », répétait tous les jours dans un atelier vis-à-vis du nôtre à Munich . Uli et moi avions loué cet espace à la naissance de Zoé . Au bout de quelques semaines  j’avais remarqué les allers et venus de cette dame au violon et je décidai de traverser la cour pour la saluer et lui parler de ce que nous faisions, Uli avec son Tubamobil et moi violoniste, dans un spectacle clownesque .

« C’est un violon de clown me dit –elle, comme toi, tu veux l’essayer ? » … Elle me le tendit : c’est presque un rituel entre musiciens, on essaie, on échange, on inspecte mutuellement nos instruments  . Je suis immédiatement tombée amoureuse de ce violon, de sa  franche sonorité  avec  sa  subtilité , sa noblesse et son humour , oui , son humour. Par exemple il se laissait jouer très fort sans grincer mais il ne fallait pas hésiter …

Quelle expérience ! J’avais l’impression  de n’avoir jamais joué que des poêles à frire jusque là .006

« Et puis tu sais , je veux le vendre , ajoute-t-elle… Qu’en dis tu ? » ….

«heu … faut que j’en parle à Uli … financièrement , on n’est pas très solide pour le moment et puis le bébé, les spectacles tout ça … » Je lui rendai le violon rapidement comme pour conjurer l’attraction qu’il avait exercé sur moi « mais merci quand même…  faut pas rêver … Au moins je l’aurai  joué et c’est déjà énorme  !!! » .

Puis elle redit mystérieusement : «  C’est un violon de clown , comme toi … Il saura t’attendre … »

«… ?… »

Dix ans plus tard, Uli l’avait mis au pied du sapin . Il n’avait jamais perdu la trace de l’instrument  bien que celui-ci fut trimbalé dans plusieurs pays et changé de mains entre temps … Je laisse à l’imagination du lecteur le parcours du combattant  pour ne pas « perdre » Schatz sur les années , les coups de fil , les recherches , les négociations  etc …

Bref je l’ai le violon de Monsieur Schatz  depuis une quinzaine d’années et même qu’il  a refait des clowneries  par mon intermédiaire . Il a repris du rire après une quarantaine d’années de musique sérieuse , d’univers  classique .

D’ailleurs il comporte une blessure inhabituelle pour un tel instrument, des entailles provoquées par des petits coups  répétés sur le côté . J’ai toujours soupçonné que c’était la conséquence d’un gag , un truc de clown répété tous les jours, un emploi anormal ou détourné  .

Un collègue m’envoya, il y a quelques années, la vidéo du numéro complet de Grock avec son autre partenaire Max Von Emden et …. voilà ! Je vis dans le film comment mon violon , frotté à l’envers par Grock pendant que son partenaire joue dans le bon sens , subit une sorte de duo tête bêche  et en conserve les marques  jusqu’aujourd’hui …
On comprend mieux en visionnant ce qui suit (cliquer sur le nom), le gag est à la minute 45….

Grock

Cela me donne encore le tournis …

Advertisements