Il était monté sur mon doigt . Agrippé à mon index  pas bien long , je n’avais que cinq ans,  ce lézard devint instantanément le plus grand trésor du monde . Et puis j’avais quand même patiemment rusé pour qu’il accepte cette position . Tout doucement, en chuchotant , je lui avais prié de venir , j’ avais promis de ne lui faire  aucun mal , please lézard , tu es tellement beau , si si , je t’assure , tu es le plus beau des lézards … viens …. come on …juste un petit peu. Et il a dit bon d’accord mais fais gaffe quand même parce que je suis rare .

Alors le voici le précieux , de toutes les couleurs, il y a même de l’or ! Pas seulement dans ses yeux , mais sur toute sa peau, et du turquoise et du rose fushia . Il a une drôle de petite tête intelligente, et une très longue queue toute fine . Il est tout sec et très vivant, plein d’énergie qu’il met un peu en veilleuse . Il me surveille , pas vraîment méfiant , mais très conscient , il se demande s’il n’a pas fait une connerie de se confier ainsi tout entier à un humain aussi jeune . Et puis je bouge quand même, je le monte …loin du sol … slowly, slowly. Fais gaffe je suis rare …

Une fois debout, je marche pointant le doigt porteur vers la caravane de mes parents . Je vais leur montrer, ils seront enchantés . Comme ils seront enchantés !Un pas, un autre … D’abord lentement puis de plus en plus vite .

« Mamaann, Muuuuuuuummmmmmyyyyy, look ! » Personne ne sort …

Pourquoi tout le monde ne vient-il pas en courant ? Ils ne sortent pas des caravanes , et le chapiteau est vide . Il n’a jamais été aussi vide . J’ai ici ce qu’il y a de plus important au monde et personne ne le saura jamais ?!

Les caravanes sont encore loin trop loin …

Et il fait chaud , ils dorment , la sieste entre deux spectacles .

Panique . Je cours , je cours, vite , vite il va disparaître si je ne me dépêche pas . Le lézard me dit que non , que tout va bien , qu’il restera le temps qu’il faudra , mais … s’il te plait …. ralentis : j’ai un peu trop peur là … Be carefull . Hey ! T’entends ?

Je ne l’ai pas entendu . Montrer était plus fort que tout . Je ne voulais pas endosser la responsabilité de jouir de cette merveille toute seule , sans témoin , le secret serait trop lourd .

Oui, bien sûr j’ai trébuché . Je ne regardais pas où je mettais les pieds, je fixais mon trésor .

Il y avait des cailloux , du sable … et puis bon je n’attachais jamais mes sandales enfin , je ne sais plus … Affalée de tout mon long , j’attendai car le temps s’était arrêté .

Noir .

Soleil .

Le lézard magique était à cinq centimètres de ma main, au sol . Il me regardait : ca va ?

Bon ben salut hein … désolé, mais le risque est trop grand, ce n’était pas une bonne idée,  je me tire et tu m’as perdu, tu as perdu . Non non attend, c’est pas de ma faute (t’avais qu’à attacher tes sandales ) on recommence, je ne vais plus courir, je te promets .

Le lézard hésite, il s’éloigne d’un mètre , rampant tranquillement en zig zag , un dernier regard , je retiens mon souffle quelques secondes de plus, j’étends le bras ….et  Gone gone gone . So fast . Back to the bush .

« Si maman c’est vrai , je l’avais sur le doigt , il était de toutes les couleurs… »

« Mais oui mais oui bien sûr …

It was beautiful , je voulais que tu le vois …

oh well, never mind he’ll come back …

Non … Mummy, I know he won’t …

and he didn’t .

Advertisements