Dans le TGV, photo Zoya Bassi …

Les zumeurs  de Zazi, chroniques d’un festival : Zumeur numéro 1

C’est la crise … A-t-on vraiment  besoin d’un Festival ?

Pourquoi  dépenser de l’argent  sur des choses comme l’imagination , la fête, l’espoir , la culture , la  jeunesse , bref des valeurs positives qui redonnent  énergie  et joie de vivre….  ? La réponse est dans la question bien sûr

Forte de ses trois dernières éditions , l’association Zazi repart dans les préparatifs de son quatrième “Rue Remue”, festival des arts de la rue  de Wasselonne .  Pour  cette petite ville  qui n’a pas de lieu de diffusion de spectacle vivant , l’opportunité de voir autant de representations  de qualité internationale  n’est pas tout à fait fortuite . Un gars du pays, Paul Otter ,  est  certes  directeur  artistique de Zazi et  du Festival ,  mais il est  aussi artiste de rue depuis 20 ans  . Il invite donc ici des  collègues   croisés en tournée à Marseille, Barcelonne, Venise  ou Paris . L’étonnant programme des dernières éditions  connut  une résonnance  nationale dans le milieu artistique .  Cette offre culturelle ,  à moindre coût (les spectacles sont moins  onéreux que les trottoirs sur lesquels  ils se produisent)  a également eu un bel echo dans le public avec une valeur communicative  difficilement mesurable  car elle dure encore .

Depuis  octobre  dernier, date à laquelle la municipalité a sollicité Zazi pour renouveler l’aventure ,  toutes  les envies  et  ambitions ainsi que le savoir faire de l’équipe se concentrent  autour  d’un programme  dont les répercussions seraient  encore meilleures  .  Le thème , comme il se doit , est de tout optimiser . Les détails du projet seront dévoilés au fil des semaines à venir dans les prochaines Zumeurs de Zazi .

Nous fabriquons aujourd’hui les souvenirs de demain . En effet, quoi de plus beau pour un enfant que d’associer son lieu de vie à un lieu de rires, de sourires et de belles surprises . Il y en a désormais si peu … Cet enfant devenu adulte, se souviendra  (avec reconnaissance )avoir été arraché quelques heures à son ordnateur  , pour se retrouver  au dehors , avec ses voisins  dans une Wasselonne en fête , tout comme on se souvenait autrefois des joyeux Corsos Fleuris . Mais qui pensent encore à leur prix ?

Bien sûr , c’est la crise et l’argent manque , raison de plus pour investir sur ce qui pourrait mettre l’invention à l’honneur . Les artsites de rue sont passés maîtres en  la matière  , avec une imagination  accessible  à tous . Ce sont les dignes  représentants d’une culture populaire , néanmoins innovatrice et originale .

Ils créent  des oeuvres  pour  rassembler  gratuitement  dans l’espace public,  toutes les générations  et en grand nombre (plus de 10 000 personnes à Wasselonne)  . Aux dires de tous les financeurs ,  Ce  sont souvent les fleurons artistiques Européens , enviés par le reste du monde , cf Marseille , capitale culturelle 2013, grâce en majorité  aux artistes de  rue .Toutes proportions respectées et comme Monsieur le maire l’a bien exprimé dans l’édito du programme de la Rue remue 2010, Wasselonne  réunit  les éléments  nécessaires pour  devenir une plaque tournante des arts de la rue en Alsace . Le balisage du terrain a commencé ,  mais il reste  encore quelques  mesures à prendre avant la fin juin  pour que remue la rue , alors remuons nous !

Suite dans le Zumeur  numéro 2 des Zumeurs de Zazi

Joanna Bassi présidente de Zazi

 

Advertisements