C’est long , c’est loin, c’est long , c’est loin … et puis Mémère n’avance pas vite sur ses jambes . Elle a des drôles de jambes Mémère et elle tangue quand elle marche . Parce qu’elle avait été acrobate Avec Pépère … C’est long , c’est loin , c’est long , c’est loin . Sa main est si douce … J’aime bien quand Mémère me tient la main .
Je vois le bout de la rue là bas , après , on tournera à gauche et puis … ce sera là !005
Ma grand-mère ne voit pas ce que je vois , je le sais . D’ailleurs je crois qu’elle ne me voit plus vraiment . Elle me tient la main , on est bien d’accord toutes les deux , il faut que je garde ma main dans la sienne parce que la rue est dangereuse … Hein … oui , c’est dangereux , ils me l’ont toujours dit … Mais pourquoi ?
Il n’y a rien dans cette rue . Pas de voitures, deux ou trois vieilles personnes , c’est tout . « Salut ma crotte ! » qu’il me lance le vieux qui sort du bistrot . Je n’aime pas ca … Sa crotte ! Il est fou ?Mémère me dit que c’est pour rigoler . Non , ce n’est pas drôle du tout .
Va-t-en, vieux , tu me fais peur .
On avance le long des façades sombres . On est à Paris ici , mes parents appellent ici comme ca .
C’est long , c’est loin , Ah … il y a encore l’ italienne là , sur le pas de sa porte , un peu devant nous . On va s’arrêter , je le sens … Mémère parle quatre langues alors elle aime bien s’en servir … Mais bon , ca rajoute du temps et le bout de la rue n’approche plus .
Les deux discutent : « Come stai oggi , Rosa ? » … Va bene va bene , ca je comprends . Mais pas le reste … On dirait qu’elles se disent à chaque fois pareil . Et c’est long …
Je voudrais bien lâcher la main maintenant , courir un peu , j’ai des impulsions folles au fond de moi . « Tu viens Mémère ? »…. « J’arrive mon petit … ».
Ouf on repart . Je regarde mes pieds , et dessous , le trottoir , sale , gris , il ne défile pas assez vite mais ca me saoûle quand même , j’ai le tournis d’un seul coup , je trébuche . Mémère me rattrape « Qu’est ce que tu fais ? Attention mon petit … ».
Je ne sais plus ce que je fais , c’est loin, c’est long , c’est loin c’est …. Oh mais c’est tout près maintenant , le coin là bas , à gauche, et l’autre rue où il y a des voitures , des vélos, des chiens …
Quelques enfants nous dépassent en courant … Pourvu qu’ils n’y aillent pas aussi , à gauche … On ne sait jamais …
Mon cœur bat très fort . « Je peux lâcher la main mémère ? » « Pas encore … attend un tout petit peu.. » C’est près, c’est là , c’est près , c’est presque là ….
Je pars enfin de toutes mes jambes , Mémère dandine derrière , elle peut bien faire les derniers mètres toute seule , elle suit le mur , ca va , elle connait , elle ne va pas tomber , on y vient souvent elle et moi … C’est notre promenade à nous . C’est ma promenade avec ma grand-mère , et personne d’autre ne la fait cette promenade , même pas mon frère …
Je monte la marche , je pousse la porte de la boulangerie et j’attends , la joie au ventre , les yeux aussi ronds que je peux . Je crois que je ne sais plus respirer .
La dame qui vend tout dans le magasin me dit bonjour en souriant …
Elle passe de l’autre côté du comptoir ouvrir la porte pour Mémère .
Je trépigne d’impatience .
Enfin la dame approche de moi une grande boite en carton , une très jolie boîte , avec une sorte de bonhomme qui rigole, dessiné dessus . On dirait même quelqu’un du Cirque , j’aime bien ce dessin , je suis à l’aise avec ca … Je suis chez moi sur cette boîte . Oui ce bonhomme est un ami proche …
« Vas-y, tu peux en prendre une … »
Je le sais que je peux en prendre une , je le sais …. Je peux à chaque fois en prendre une , mais doucement , permettez que je respire , permettez que je savoure tout ca …
Vooooiiilà … Je la tiens ma sucette au caramel …regarde Mémère !!
Non , maintenant, je ne dirai pas comme c’est bon …. Hummmm c’est bon, c’est bien , c’est bon etc… jusqu’au bâtonnet .