„Viens“ me dit mon frère „viens , c’est rare d’être dans le noir absolu… » Je ne sais pas si c’était le noir absolu , mais ce dont j’étais sûre est que ce devait être une idée à la con . Mon frère avait souvent des idées à la con . Il les a toujours d’ailleurs , mais maintenant il y a une très forte philosophie derrière . Mais c’est une autre histoire . À l’époque il se cherchait …

Nous nous enfoncions dans les escaliers qui menaient à la salle de spectacle vide , en plein après midi , en toute obscurité . C’était la routine , nous allions répéter toutes les après-midi , où que nous soyions dans le monde , depuis que nous étions tous petits . Là on était grand et on était à Berne , en Suisse . Mais la répétition faisait partie de nos vies , comme une borne immuable , un repère dans le chaos, un but dans la journée , un projet dans la vie : il fallait être le meilleur sinon on terminerait à l’usine . Une rengaine vieille d’un siècle dans notre famille, une vérité issue d’une religion particulière , une foi inébranlable où dieu était le public et le lieu de culte , la scène sous le ciel étoilé des cabarets , de la coupole des Cirques ou autres théâtres sacrés , pourvu qu’ils ne programment que des spectacles «  pour s’amuser ».

Un centre culturel est exclus de ce cercle divin . Je vous laisse deviner pourquoi .

Le régisseur nous avait bien indiqués où se trouvait l’interrupteur , seul problème il était loin de la grosse porte blindée de l’entrée des artistes . Mon frère voulait à tout prix que nous expérimentions le noir dans un abri atomique . Comme ca , juste pour « voir ». Alors on a fermé la porte et ca a bien duré vingt minutes pour trouver la lumière . Les murs de l’endroit étaient d’une épaisseur incroyable , genre 1m50 . Je savais que derrière certaines portes blindées dans le couloir des loges d’artistes , se trouvaient des provisions de nourriture . Deux ans de provisions nous avait on expliqués, pour une centaine de personnes . Parait qu’il existe plein d’abris comme ca en Suisse , sous les banques, les écoles, certains immeubles d’habitations etc… Impressionnant . Ce fut la première fois que je me rendais compte que le monde était absurde . Jusque là , il avait été normalement intéressant , brutal, surprenant, amusant, effrayant etc … mais absurde non . Certains comiques étaient absurdes , mais ils faisaient exprès et c’était leur boulot , le monde lui  , était normal .

« Imagine cent personnes ici pendant deux ans, sans pouvoir sortir…

-Tu trouves cet interrupteur oui ou merde !»

Advertisements